Rechercher

Les Mouches - Un art mix-média très biz'arts

Il parait très bizarre en effet, voire carrément dégueu, d'intégrer de vraies mouches dans l'élaboration d'une toile. Il faut que je vous explique, une bonne fois pour toute, et ensuite nous passerons à autre chose.

Nous avons emménagé dans les Bouches-du-Rhône en juillet 2019 après avoir passé plus d'une quinzaine d'années en Région Parisienne. Et tout de suite, les mouches se sont imposées dans notre modeste appartement. Foi d'ancienne rurale, je n'en n'avais jamais vu autant ! Au bas mot, nous en tuions facilement une centaine par jour. Et encore la nuit venue, lorsqu'elles rejoignaient le couloir pour y dormir, j'en profiter pour les achever, lâchement oui j'en conviens. Le plus drôle dans tout cela, c'est que comme tout le quartier s'en plaignait, les gens demandaient conseils sur la page FB de notre ville et un jour, quelqu'un a écrit : "Ce sont des êtres vivants, elles ont le droit de vivre". Mon dieu, quelle drôle d'époque...

Je disposais d'une toile abimée et trouvai là l'occasion de créer une autre forme d'expression. Sur sa déchirure, je collai un faux sparadrap en papier rouge que j'accentuai avec des traits en Posca noir. Puis je disposai savamment du ruban collant à mouches (avec bien entendu des mouches dessus) puis pour finir, j'enduis la toile de colle et y ajoutai d'autres mouches. Ceci donna cette toile :

Je me questionnai sur la façon de la conserver : finaliser le tout avec de la résine ou pas ? En fin de compte et surtout pour des raisons pratiques, j'optais pour la laisser ainsi. Il s'agit d'une toile évoquant le processus de la mort, celle de la toile détruite et réparée, et celle des mouches coincées dans la colle. Dans 10 ans, à quoi ressemblera-t-elle ?


L'année suivante fut pire. Je fus prise de rage envers ses insectes petits mais obsédants et je réalisai une autre toile : "Et paf ! la Mouche"


Là naturellement, quand je la postai sur les réseaux sociaux, quelqu'un réagit avec un émicone qui dégueule, ce qui est bien compréhensible.


La troisième toile a une histoire un peu particulière, qui montre à quel point l'artiste est en phase avec son environnement, ce qui fait dire qu'il est comparable à une éponge. Elle fut créée le mois même où fut assassiné George Floyd aux U.S.A. Je ne regarde plus les informations pour éviter le stress. Mais bien entendu, cet évènement tragique fut relaté partout. Cela dit, il n'avait pas encore pris de l'ampleur au moment où je m'attelai à la dernière touche de ma trilogie.


Chez les Biz'Arts, tout est récupérable. J'ai donc repeins sur une toile sans chercher à cacher les traits au pinceau blancs, disposai quelques mouches auxquelles je collai des ailes récoltées dans la grande cage de mes deux oiseaux. Et pour finir le sang.... C'est là que j'entendis parler de l'horrible fin de Mr Floyd et vit son regard terrifié.


J'en frissonne encore. Tout est récupérable.... Est-ce que la police du Minnesota est récupérable ? Si les gens sur FB se préoccupent du droit de vivre des mouches, qu'en est-il de celui des Noirs d'Amérique, ceux dont on nomme "Blacks" ou "Afro-Américains", cette dernière nomination les ramenant à une terre d'origine où ils n'ont jamais mis les pieds ? Ne seront-ils jamais considérés comme Américains, voire des "êtres vivants ayant le droit de vivre"? Dire ou écrire "Noirs" est aujourd'hui considéré comme raciste alors on remplace par Black alors que cela veut dire pareil.....la connerie à l'état pur. Qu'il y a-t-il de honteux à être Noir, Jaune, Indien.... Sourd ? Bientôt nous devrons trouver un autre terme au Negro Spiritual. La société reste raciste, que ce soit envers les Noirs, les Blacks ou autres, ce n'est pas un mot qui va changer la donne.


Chez les Biz'Arts, tout est matière à transformation. Une tige de fleur en plastique, un vieux chapeau, du papier brillant, des perles pour enfants etc. Nous utilisons ce que nous avons sous la main et le résultat n'a pas toujours un sens. JJ travaille pour s'amuser. Quant à moi qui suis allée jusqu'au bac+2, naturellement, j'intellectualise davantage. Et cette histoire des mouches qui vint à coïncider avec un terrible fait divers se déroulant à plus de huit milles kilomètres de moi me marquera à jamais.


Aussi, j'en ai un peu assez car cela ne s'arrêtera jamais. Enfin si : pour ce qui est des mouches, nous avons installé cette année des moustiquaires. Cela fait un bien fou !

Mais j'ai envie de m'amuser comme s'amuse JJ. Le monde est ce qu'il est et j'ai eu ma part.


Ainsi, je me suis lancée dans les NFTs. Les mouches sont sur la plateforme Kalart : https://kalart.utip.io/gooffygoose/creations et j'ai envie de me remettre à écrire des histoires, comme une façon de raconter autrement notre art.


Il est temps pour nous d'être heureux. Et je vous le souhaite également 😀

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout